Pourquoi l’APL a-t-il chuté en 2021 ?

1056
Partager :

La formation que la plupart des entreprises recherchent aujourd’hui est la formation professionnelle secondaire. Les écoles libres qui interagissent bien avec les sociétés comptent une proportion plus élevée d’étudiants suivant des programmes professionnels que les écoles publiques. Mais des formations vraiment attrayantes et des étudiants bien informés ne peut être trouvé rapidement. Alors, comment faire ? Nous avons demandé à Peter Eriksson, responsable du développement commercial du groupe Thorén, qui possède une vaste expérience dans les lycées professionnels.

  • Quelle est la différence entre APL — apprentissage en milieu de travail et enseignement posté dans les écoles ?

— « Vous voulez vous asseoir sur le banc de l’école ou vous voulez faire quelque chose pour de vrai dans APL ? Travailler sur quelque chose dans la réalité est la clé pour devenir vraiment cruel. Nous avons choisi de suivre une formation professionnelle uniquement, c’est-à-dire un apprentissage secondaire, alors le temps passé en APL représente au moins 50 % des heures de classe. Il s’agit d’une soixantaine de semaines et l’élève reçoit environ 2 400 heures avec le superviseur. »

— « Lorsque nous parlons aux neuf personnes qui envisagent de choisir notre enseignement secondaire, nous savons clairement que la moitié de la durée de l’enseignement se fera sur un lieu de travail, avec tout ce que cela signifie. Cela peut être beaucoup plus difficile que d’avoir un programme de formation professionnelle posté dans une école. »

— « Dans un programme professionnel dispensé par l’école, dans trois ans, l’élève doit recevoir au moins 15 semaines d’APL (soit au moins 600 heures) et l’école doit produire. Bien sûr, cette période peut durer plus longtemps. C’est pendant l’APL que l’élève a du temps libre avec son superviseur. Autre temps d’enseignement, à l’école, le temps est partagé avec d’autres élèves. »

  • Les discussions tripartites sont un élément important qui fait que votre formation fonctionne si bien. Pouvez-vous nous en dire plus sur ce que c’est ?

— « Le principe est que l’enseignant et l’entreprise planifient la période de formation, c’est-à-dire l’APL, et que l’apprenant travaille en fonction de ce plan pendant la période donnée. Ici, cela s’applique à la flexibilité : la carte et la réalité ne s’additionnent pas toujours. »

— « Lors du suivi La période APL est basée sur le fait de passer en revue ce que l’apprenant se perçoit comme ayant mené et à quel niveau il considère qu’il est. Le superviseur est là et lui dit comment le moment s’est produit. Au cours de cette conversation, les enseignants posent des questions de vérification qui fournissent la base de la notation. Ceci est documenté et l’apprenant en reçoit une copie afin qu’il puisse donner son avis à l’enseignant professionnel. »

— « Pour qu’il soit une bonne base de notes, tous nos cours professionnels sont dispensés tout au long de l’année scolaire et parfois ils se chevauchent entre deux années académiques. La raison en est peut-être que l’entreprise est régie par les emplois qui se trouvent à l’intérieur de l’entreprise. Si vous êtes alors un élève du programme de plomberie, que les ordres de travail arrivent le matin et qu’une semaine il y a des toilettes à construire et la suivante est le tuyau d’égout à cuire, alors vous ne pouvez pas vous accrocher aux cours qui s’épuisent après 100 heures. »

  • Il existe des règles spécifiques pour déterminer le nombre d’élèves pouvant être accueillis dans le cadre d’une éducation. L’un des critères concerne l’APL, l’apprentissage en milieu de travail. Qu’est-ce que ces règles signifient pour l’entreprise ?

— « L’accès aux sites APL contrôle l’intégralité des admissions et, en tant que directeur, vous êtes obligé de produire des emplacements APL pour tous les étudiants. À la recherche du programme d’électricien de 50 élèves et l’un d’entre eux a 35 sièges APL, il suffit de descendre à 35 places. »

— « Ensuite, la municipalité a des responsabilités professionnelles pour les jeunes jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge de 18 ans. Si un élève n’entre pas à l’école secondaire, il s’agit d’un compromis difficile entre l’absence d’emplacement de l’APL, les étudiants sans école secondaire et les gardiens potentiels à domicile. »

  • C’est difficile de mettre la main sur des entreprises pour APL ?

— « Oui, c’est beaucoup de travail et vous devez établir des relations en tant qu’école. Au sein du groupe Thoreng, nous utilisons un personnel dédié pour l’APL et les achats commerciaux. Les professeurs de formation professionnelle prennent ensuite en charge la formation et la notation. »

  • En tant qu’école libre, avez-vous plus de liberté en coopération avec Entreprise ?

— « Je veux m’articuler pour que la liberté ait tout le monde et que nous travaillons beaucoup à la bonne marche des relations. L’APL est vitale. Lorsque les étudiants obtiennent du travail, nous avons également réussi en tant qu’école, ce sera gagnant-gagnant. Par exemple, travailler en vacances fait également partie de l’acquisition d’APL, nos étudiants deviennent des pellers publicitaires en direct. »

  • Il y a des suggestions issues d’une enquête sur le lycée, écrite par Lars Stjernkvist, avec une proposition de centralisation du dimensionnement des lieux d’enseignement. Qu’est-ce que cela signifie ?

— « Spontanément, c’est complètement fou. Les propriétaires d’entreprise sont des personnes qui considèrent les élèves et le personnel dévoués comme un atout et ils recevront toujours des étudiants parce qu’ils entretiennent de bonnes relations avec l’école, sinon ils sont terminés. Le manque d’engagement ou de présence dans les entreprises ne fonctionne pas. Rester à l’intérieur des écoles en attendant que l’entreprise X trouve des emplacements APL ne se produira pas. »

— « Il arrive très souvent que dans les entreprises municipales (telles que les sociétés immobilières, les sociétés d’approvisionnement en énergie et les covoitureurs avec leur propre atelier), les étudiants de l’école municipale doivent être préparés à des endroits APL dans leurs activités. Il est alors très courant que les élèves des écoles libres ne viennent pas en salle. »

Partager :