La COP26 : tout savoir de la conférence sur le climat

12
Partager :

Le changement climatique avec ses effets dévastateurs a conduit tous les pays du monde à essayer de revoir leur façon d’utiliser leurs sources d’énergie. Avec la conférence sur le climat qui a eu lieu le 1er novembre 2021, de grandes questions sur les enjeux climatiques ont été soulevées. Tour d’horizon sur la COP26 et ses implications.

Qu’est-ce que la COP26 ?

Il convient de savoir que la COP26 est un acronyme qui traduit l’organisation de la conférence des parties engagées à lutter contre le réchauffement climatique. Cet événement international est organisé par les Nations Unies et se déroule tous les ans dans différents pays et implique plus de 200 pays du monde entier. L’objectif ici est de créer un cri de ralliement qui engage le changement et responsabilise les états pollueurs.  

A lire en complément : Evacuation des déchets : répartition de la tâche en fin d'année 2021

Quels sont les dossiers mis sur tables à cette conférence ?

Plusieurs questions sont abordées lors de cette conférence. L’idée est de définir des lignes directrices sur lesquelles seront axées les actions de neutralité carbone.

Les objectifs de baisse d’émission sont fixés

Il est prévu dans les décisions prises, tous les cinq ans les pays participants renforceront leurs politiques de baisse des émissions de gaz à effet de serre. L’objectif est de garder en haleine les pays dans leurs actions de contenir le réchauffement à moins de 2 °C.

A lire également : Quand les ventes commenceront-elles en Belgique en 2021 ?

Pour l’heure, aucun des pays signataires de l’accord de Paris sur le climat n’a pu atteindre cet objectif stratégique. Afin de pallier ce désagrément, certaines actions ont été engagées.

Il s’agit :

  • d’arrêter le financement des énergies à charbon ;
  • d’encourager l’engagement dans les énergies renouvelables ;
  • d’accélérer la transition vers les véhicules électriques ;
  • de décourager les actions de déforestation.

Avec ces différents points mis sur table, l’espoir d’une réduction significative du gaz à effet de serre se dessine.

Des marchés sur le carbone vont voir le jour

Les pays participants doivent se mettre d’accord sur la création et la vulgarisation du marché du carbone. Le but de la mise en place du marché du carbone est le changement du paradigme chez les entreprises pollueuses. Cela va impulser la réduction des émissions via l’empreinte carbone.

De manière concrète, cette stratégie consiste à taxer les multinationales sur leur taux de pollutions atmosphériques. Ainsi, plus celle-ci émet du carbone, plus une déduction sera effectuée sur leur chiffre d’affaires annuel. L’argent ainsi récolté servirait à soutenir les organismes écologiques.

Quel financement pour la transition verte des pays en voie de développement ?

Le changement climatique n’épargne aucun pays du monde. Les États sous-développés sont aujourd’hui en passe d’être des victimes dans ce désastre climatique. Ne disposant pas des moyens pour faire face aux conséquences, les pays en voie de développement se verront aider financièrement.

Pour ce faire, les pays riches les plus pollueurs ont prévu apporter une aide financière de 100 milliards de dollars par an pour pays africains. Ces derniers sont les plus touchés par le changement climatique avec des conséquences sans précédent.

Au nombre de ceux-ci figure la résurgence de la famine, l’extrême pauvreté et l’enregistrement récurrent des cas de sistres.

Partager :