Identifier le haut potentiel : moments opportuns et signes révélateurs

181
Partager :

Le repérage du haut potentiel intellectuel chez les individus, particulièrement les enfants, peut influer significativement sur leur développement éducatif et personnel. Souvent méconnu ou confondu avec d’autres traits comportementaux, le haut potentiel se manifeste par divers indicateurs. Ces derniers peuvent inclure une curiosité insatiable, une capacité à apprendre à un rythme accéléré, une sensibilité accrue et une aptitude à résoudre des problèmes complexes.

Les moments opportuns pour identifier le haut potentiel

Identifier le haut potentiel nécessite une vigilance particulière aux phases de transition, où les écarts de développement peuvent se révéler avec plus d’acuité. Les tests psychométriques, tels que le WAIS-IV pour les adultes, représentent des outils diagnostiques de premier plan, permettant de mesurer avec précision le quotient intellectuel. La période de l’entrée à l’école primaire, par exemple, est souvent propice à cette identification. Les enseignants, confrontés à la diversité des rythmes d’apprentissage, peuvent déceler chez certains élèves des capacités notables qui suggèrent un potentiel hors norme.

La préadolescence constitue un autre intervalle décisif pour repérer les enfants à haut potentiel. L’augmentation des attentes académiques et la complexité des interactions sociales mettent en lumière des aptitudes extraordinaires chez certains jeunes. Ils peuvent faire preuve d’une maturité intellectuelle inaccoutumée ou d’une hypersensibilité émotionnelle notable, signes évocateurs d’un fonctionnement atypique.

Les adultes, souvent négligés dans la détection du haut potentiel, peuvent eux aussi bénéficier d’une évaluation opportune, notamment lors de périodes de doute professionnel ou de reconversion. Un score égal ou supérieur à 130 à un test de QI standardisé est souvent le critère retenu pour parler de haut potentiel intellectuel. La prise de conscience de cette particularité peut être libératrice et conduire à une meilleure adéquation entre les aspirations personnelles et les choix de carrière.

Jeanne Siaud-Facchin, psychologue spécialiste du sujet, souligne l’importance du contexte dans lequel se situe l’individu pour favoriser une identification précise. Les surdoués haut potentiel, souvent incompris ou mal orientés, requièrent une attention ajustée à leur fonctionnement singulier. Les professionnels de l’éducation et de la psychologie doivent donc être formés pour reconnaître les signes révélateurs et les valoriser, plutôt que de les confondre avec des troubles du comportement ou des difficultés d’adaptation.

haut potentiel

Les signes révélateurs du haut potentiel chez les individus

La personne à haut potentiel se caractérise souvent par un QI supérieur à la moyenne, mais ce n’est là que la partie émergée de l’iceberg. Au-delà des performances intellectuelles mesurables, ces individus peuvent présenter une hypersensibilité émotionnelle marquée qui les rend particulièrement réceptifs aux stimuli environnementaux, avec une intensité émotionnelle qui peut être déroutante pour eux-mêmes comme pour leur entourage.

L’un des marqueurs distinctifs du haut potentiel est la capacité à utiliser une pensée en arborescence, c’est-à-dire une pensée divergente qui explore de multiples pistes simultanément. Contrairement à la pensée linéaire, elle se caractérise par une richesse associative et une capacité à établir des liens entre des idées apparemment disparates. Ce fonctionnement cognitif peut mener à une hyperactivité cognitive, source de créativité mais aussi de fatigue mentale.

D’un point de vue comportemental, l’indépendance d’esprit est souvent soulignée chez les personnes à haut potentiel. Elles ne se contentent pas de suivre les idées reçues et recherchent une compréhension en profondeur des sujets qui les passionnent. Cette soif de savoir peut parfois les isoler socialement, exacerbant un sentiment de décalage avec leur environnement. Cela peut parfois conduire à un manque d’estime de soi malgré des compétences évidentes.

Les enfants surdoués, quant à eux, peuvent être confrontés à une précocité embarrassante, se sentant en décalage avec leurs pairs. Leurs capacités exceptionnelles, telles qu’une mémoire hors du commun ou une pensée intuitive, peuvent être accompagnées de difficultés dans les interactions sociales, à l’image de certains troubles du spectre de l’autisme, notamment le syndrome d’Asperger. Il faut que les éducateurs et parents soient attentifs à ces signes et qu’ils évitent de les confondre avec des troubles envahissants du développement.

Partager :