Les maisons de retraite sont-ils fiables ?

20
Partager :

Jusqu’à présent, j’ai été heureux de recommander la maison de retraite, j’aurais pu y avoir ma propre grand-mère parce que je sais qu’ils sont soignés de manière digne et sûre, mais maintenant c’est fini.

Le personnel de réadaptation a chuté de 33 % et la réduction des effectifs infirmiers se fait depuis un certain temps en diminuant le temps, au lieu de cela, nous allons seuls avec un laissez-passer que nous aurions généralement eu deux ans.

A lire également : Qui peut imprimer des lunettes ?

On utilise un système (très utilisé en ville) appelé APO-DOS. Tous les médicaments sont conditionnés dans une usine et envoyés en gros rouleaux où les sacs portent le numéro de sécurité sociale, les montres et les médicaments qui se trouvent dans le sac.

Les anciens les médicaments doivent ensuite être payés et tous les médicaments doivent être entreposés dans les chambres du logement, dans des armoires à pharmacie verrouillées.

A voir aussi : Que faire pour prévenir le cancer du sein ?

Manque d’éducation pharmacologique

Ce sont des groupes de personnel qui n’ont aucune formation pharmacologique, ils ne savent pas à quoi ressemblent les comprimés, comment ils doivent être pris, lesquels peuvent être écrasés et lesquels ne les reçoivent pas.

Les médicaments sont administrés à des moments irréguliers, il y a des médicaments qui ne peuvent pas être inclus dans les poches APO-dose mais qui doivent être administrés en plus. Pour ce faire, les infirmières doivent rédiger la dévolution et la sous-infirmière/conseil doit recevoir cette dévolution. Tout le monde n’a pas les connaissances nécessaires pour cela.

Selon le Social Board, personne ne peut être contraint d’écrire ou de recevoir des délégations sans que cela ne soit basé sur des connaissances et des compétences. Mais combien de temps peut-on lutter avant ? C’est ce qu’on appelle le refus de travailler ?

On ne prend plus beaucoup soin des anciens

Les infirmières seront progressivement rationalisées pour être au téléphone que quelque part dans la maison. Ma préoccupation personnelle est que nous resterons bloqués sur les ordinateurs pour élaborer des plans de soins infirmiers et des modèles d’évaluation sur les mesures d’adaptation que nous aurons à peine le temps de voir et de parler.

Nous serons de plus en plus éloignés des anciens qui ont besoin de nous. La direction affirme que les soins de santé ne devraient pas être poursuivis comme ils le font aujourd’hui. Les anciens ne sont pas censés être aussi malades… ce qui est contraire à ce que nous voyons, les anciens sont encore plus âgés et encore plus malades quand ils viennent à nous.

Aujourd’hui, nous mettons des perfusions, donnons des injections, prenons de l’oxygène, prélevons des échantillons, mais pourra-t-il être géré à l’avenir ? Cela signifie que si votre vieille grand-mère de 92 ans veut mourir dans le logement qu’elle a eu ces dernières années tombe malade, ex pneumonie — alors elle devrait être envoyée d’urgence à l’hôpital — à l’urgence là-bas on sait qu’elle est confuse et qu’elle souffre complètement inutilement.

Comme d’habitude, ce sont les anciens qui souffrent

Ce qui me fait mal, c’est que, comme d’habitude, ce sont les anciens qui souffrent quand il faut économiser de l’argent. Le 21 septembre, il y a eu une réunion pour les proches sur APO-DOS, mais la lettre d’information d’invitation n’a pas été adressée au sujet du retrait des infirmières ou du fait que la distribution des médicaments sera effectuée par des sous-infirmiers/médecins.

Comme prévu, peu de personnes étaient venues à la réunion, les parents âgés ne peuvent pas prendre la peine d’aller aux réunions du soir et les plus jeunes ont lu la brochure d’information sur Apo-Dos et ont pensé avoir reçu toutes les informations dont ils avaient besoin.

Les personnes à qui j’ai parlé pensent que le grand changement est que les résidents eux-mêmes devraient maintenant payer les médicaments et que cela représente une économie pour l’État.

Un système introduit en douce

Le système a donc été introduit en douce sans que le plus proche parent ne soit informé de ce qui se passe. Ce mode de travail est utilisé dans de nombreux endroits autour du Stockholm et nous avons essayé de presser la direction, y compris le MAS, de voir combien d’anomalies sont écrites dans de tels endroits, par rapport à un endroit comme la maison de soins Farsta où les infirmières sont responsables de toute la gestion des médicaments. Mais personne n’entend malheureusement.

Je souhaite qu’il y ait un débat à ce sujet dans la société afin que l’on sache ce qui se passe dans les maisons de retraite du pays.

Malin Olsson, infirmière Farsta Nursehem

Partager :